Moteur auxiliaire "Cyclorex" année 1946
(estimation, peut etre sorti pendant la guerre ?)
sur cycle Cyclorex



Ce petit moteur fabriqué en france est le moteur auxiliaire par excellence: en effet, il ne fonctionne que lorsque son conducteur pédale !



Une astuce mécanique conditionne ce principe: lorsque le moteur est démarré, il tourne "dans le vide", en quelque sorte il est "débrayé". C'est en poussant sur les pédales que le plateau du pédalier glisse et vient en appui sur le plateau entrainé par la chaine primaire du moteur: vous sentez alors que votre mouvement est largement facilité par l'action du moteur, qui devient alors votre auxiliaire !
Si vous cessez de pédaler, même à vive allure, le principe s'inverse:  le plateau du pédalier se désolidarise du plateau moteur et le moteur est débrayé (conseil: avant de ne plus pédaler, réduisez les gaz..). Vous retrouvez alors les sensations d'un vélo en roue libre.



Ce 34 cm3 est posé dans le cadre, avec une transmission primaire par chaine, et une transmission secondaire également par chaine; au final, le pédalier transmet et l'energie du pilote et l'energie du moteur sur la roue arrière, souvent par l'intermédiaire d'un dérailleur !

Le cyclorex était proposé la plupart du temps prêt à être monté sur toute bicyclette; sa fixation est alors en aluminium telle que le le montre ce cliché*.

(*cliché à venir puisque je possède un deuxième moteur équipé de ce type de fixation)

Cet ensemble est cependant différent et à priori plutot rare, car il s'agit d'une machine complête commercialisé par Cyclorex: la partie cycle est spécifiquement adaptée au moteur (points de fixation) ce qui l'allège de son principe de fixation habituel.



Ce vélo est une petite merveille par les détails et la finition qu'il offre, jugez plutot: compteur avec transmission par courroie, double phare avant d'origine, porte bagage avant et arrière, frein à tambour arrière...






A l'usage, c'est un régal de le conduire à une bonne vitesse, en exerçant une légère poussée sur les pédales sur le rapport de dérailleur le plus long; il est plus fastidieux de le conduire sur les premiers rapports du dérailleur, le moteur montant assez vite en régime, il faut suivre le rythme au pédalage ce qui n'est pas évident, sinon votre moteur se débraye constamment et c'est assez bruyant et désagréable.